Fiche pathologie bâtiment - Transformation d'une charpente pour aménagement de combles


Fiche numéro C9
Body

Le constat

Rendre habitables des combles perdus représente une intervention lourde et à haut risque.

Ces travaux peuvent entraîner des déformations des charpentes, des couvertures, des planchers créés, des cloisons du rez-de-chaussée…

Ces désordres sont généralement graves et peuvent aller jusqu'à l'effondrement des planchers créés et des charpentes modifiées.

Le diagnostic

Les désordres ont pour cause l'ignorance des contraintes nouvelles qui résultent de la modification des hypothèses de calcul d'origine, ainsi que de défauts variés de mise en œuvre.

Des défauts de renforcement

  • Des éléments porteurs
    Les fermettes industrielles sont reliées entre elles par des entretoises, des contreventements et des barres anti-flambement qui assurent la stabilité de l'ensemble.

    Pour rendre habitables ces combles perdus, il faut supprimer toutes les barres encombrant le volume central et créer un plancher porteur.

    La suppression des barres en volume central avant renforcement des fermettes provoquera leur ruine ou, à défaut, de graves déformations généralement impossibles à reprendre ultérieurement. Certaines barres raidissent notamment l'arbalétrier. Avant de les supprimer, il faut renforcer les arbalétriers existants au risque de les voir fléchir.
  • Aux points singuliers
    Des précautions doivent également être prises lors de la création des trémies nécessaires à l'escalier d'accès aux combles, aux lucarnes ou aux fenêtres de toit. Pour les réaliser, il est nécessaire de sectionner l'entrait ou l'arbalétrier d'une fermette existante.
    Des chevêtres nouveaux reportent alors les charges sur les deux fermettes voisines. Celles-ci risquent de s'affaisser si elles ne sont pas suf­fisam­ment renforcées.

Des malfaçons diverses

  • Les assemblages : tiges filetées passant dans des percements trop grands, clous et vis en nombre insuffisant, trop courts ou mal implantés (trop près du bord), etc. Le jeu ainsi provoqué dans les assemblages risque d'entraîner des déformations de structures qui s'additionnent aux déformations existantes des fermettes.
  • La fixation des poutres longitudinales, sans pénétration dans les pignons maçonnés, est aussi particulièrement risquée.
  • De nouvelles solives sous-dimensionnées ou non-entretoisées. Le nouveau plancher risque alors de s'affaisser. Ce risque existe également si les solives sont en appui sur des éléments déformables comme une poutre longitudinale mal conçue ou mal réalisée, par exemple. L'affaissement du plancher peut entraîner des fissurations et même l'effondrement du plafond sous-jacent, le flambement et la fissuration des cloisons de l'étage inférieur, la fissuration des cloisons des combles, etc. Les pignons maçonnés en parpaings creux peuvent aussi se fissurer par traction.

Les bonnes pratiques

  • Concevoir la transformation comme s'il s'agissait d'une nouvelle charpente.
    La transformation d'une charpente nécessite une très bonne connaissance des structures et des charpentes. Elle exige de vérifier par le calcul tous les points clés, en ayant recours à un BET spécialisé intégrant dans certaines régions le risque sismique.
  • Contrôler la bonne exécution de chaque phase avant de passer à la suivante.
    Le phasage des travaux doit permettre de préserver la stabilité de l'ouvrage à chaque instant du chantier. Par exemple, il ne faut pas supprimer les contreventements d'origine avant d'avoir mis en place les nouveaux ou, le cas échéant, des contreventements provisoires.
  • Utiliser des bois de qualité.
    Les bois et panneaux de plancher utilisés doivent être secs et préservés des reprises d'humidité en cours de chantier. La qualité des bois doit garantir leur tenue.
  • Veiller de très près à la bonne exécution des assemblages.
    Les assemblages sont fortement sollicités. Leur faiblesse entraîne la fragilisation de toute la charpente.

L'essentiel

  • Recourir systématiquement à un nouveau calcul de résistance et de stabilité par un BET spécialisé.
  • Préserver la stabilité de l'ouvrage en contrôlant chaque phase du chantier.
  • Apporter un soin particulier aux assemblages, fortement sollicités.

A consulter

  • DTU 31.3 : Charpentes en bois assemblées par connecteurs métalliques ou goussets.
  • DTU Règles CB 71 : Charpentes en bois - Règles de calcul et de conception.
  • DTU Règles N 84 : Action de la neige sur les constructions.
  • NF P21-400 : Bois de structure et produits à base de bois.
Date de parution
Septembre 2013