Fiche pathologie bâtiment - Désordres dans les constructions bois

Fiche pathologie bâtiment - Désordres dans les constructions bois

Fiche numéro B10
Body

Le constat

L'emploi du bois dans la construction nécessite de se préoccuper de sa durabilité. Chaque essence de bois est plus ou moins sensible aux attaques :

  • par les champignons, dont le développement est favorisé par un confinement entraînant une humidité excessive.
  • des insectes à larves xylophages (ILX) et des termites.

 D'autres désordres peuvent survenir. Ils sont inhérents aux spécificités de la construction à ossature bois, notamment en ce qui concerne :

  • le traitement de l'étanchéité à l'air, de l'étanchéité à l'eau et des autres sources d'humidification.
  • certaines problématiques de stabilité mécanique, notamment celles relatives au contreventement
  • des non conformités réglementaires (notamment dans les domaines de la sécurité incendie et de l'acoustique) dues au non-respect de certaines dispositions constructives.

La présente fiche ne concerne que le bois en structure, et non les ouvrages de remplissage comprenant des panneaux en bois ou dérivés du bois.

Le diagnostic

L'humidité

Elle peut avoir pour origine :

  • L'insalubrité de conception : stagnation des eaux, absence de rejet d'eau, défaut de ventilation ;
  • L'infiltration d'eau liquide au niveau des points singuliers ;
  • Des discontinuités ou une perméabilité à la vapeur d'eau trop forte des parois, qui conduisent à des condensations, préjudiciables à l'efficacité des isolants et à la durabilité des ouvrages bois ;
  • Des remontées capillaires ;
  • Le contact du bois avec le sol (arase sanitaire) ;
  • Un stockage non protégé des pièces de bois sur le chantier ;
  • La proximité de locaux humides ;
  • Un entretien périodique insuffisant.

Une durabilité inadaptée

  • Choix d'une essence ne présentant pas la durabilité naturelle suffisante au regard de la situation d'exposition
  • Ou traitement des bois inapproprié compte tenu des spécificités de l'essence de bois utilisée.

Les défauts de structure

  • L'absence de prise en compte des tassements des constructions en bois massifs autour : menuiseries extérieures, éléments verticaux, charpente, cheminées…
  • Les sous-dimensionnements et les défauts de reports de descentes de charges
  • Une mauvaise conception des contreventements (panneaux et pièces supplémentaires à prévoir).

Respect des réglementations. 

La nécessité de répondre à des objectifs fixés par les réglementations incendie et acoustique entraîne celle de suivre des dispositions constructives en ce qui concerne la constitution des éléments et le traitement des points singuliers. A défaut, les exigences visées (qu'il s'agisse du degré de résistance au feu d'une paroi ou d'un isolement acoustique entre deux volumes) peuvent ne pas être atteintes.

Les bonnes pratiques

  • S'assurer que la structure bois s'élève sur des fondations et un plancher bois dont la planéité est adaptée à la réalisation de la structure bois.
  • Prévoir la conception de l'ouvrage dans ses détails, pour que l'eau soit rejetée vers l'extérieur (pour les éléments constitutifs de l'enveloppe) ou ne puisse pas pénétrer à l'intérieur des panneaux ou des pièces de bois.

    Il en va de la pérennité de l'ouvrage :
    • déviation : dépassée de toiture, rejets d'eau, pare-vapeur ;
    • évacuation : précadres de menui­series, drainages des assemblages, pare-pluie ;
    • séchage : ventilation de toutes les faces des pièces de bois .
  • Établir des check-lists de conception calcul et des autocontrôles de montage en usine ou sur chantier (constructeurs).
  • Choisir des essences dont la durabilité naturelle ou conférée par un traitement est adaptée à la classe d'emploi des bois et à la durée de vie attendue de l'ouvrage.
  • Veiller, pour le maître d'œuvre :
    • à la mise en œuvre continue de matériaux compatibles avec les exigences fixées par la réglementation sécurité incendie ;
    • au bon traitement des points singuliers et à la qualité des calfeutrements entre le gros œuvre bois et les corps d'états secondaires pour obtenir une bonne imperméabilité à l'air (0,6 m3/h/m2 en logement).

L'essentiel

  • Tout penser dès la conception avant d'arriver sur le chantier.
  • Maîtriser la classe d'emploi des bois et le choix de l'essence, en durabilité naturelle ou conférée.

A consulter

  • DTU 31.1 : Charpentes et escaliers en bois.
  • DTU 31.2 : Construction de maisons et bâtiments à ossature en bois.
  • NF DTU 31.3 : Charpentes en bois assemblées par connecteurs métalliques ou goussets.
  • NF EN 335 Durabilité du bois et des matériaux à base de bois - Classes d'emploi : définitions, application au bois massif et aux matériaux à base de bois 
  • NF B50-105-3 Durabilité du bois et des matériaux dérivés du bois - spécifications de préservation des bois et matériaux à base de bois et attestation de traitement - Adaptation à la France Métropolitaine et aux DOM
Date de parution
Novembre 2015

Nous vous recommandons aussi

Outil numérique

AppliQC

AppliQC

Publication

Erreurs d'implantation des bâtiments

Erreurs d'implantation des bâtiments

Publication

Pathologies accidentelles des façades en béton

Pathologies accidentelles des façades en béton

Publication

Entretien et réparation des dallages à usage industriel

Entretien et réparation des dallages à usage industriel