Fiche pathologie bâtiment - Défauts d’étanchéité des façades en briques apparentes

Fiche pathologie bâtiment - Défauts d’étanchéité des façades en briques apparentes

Fiche numéro B4
Body

Le constat

Bien que de technique typiquement traditionnelle, les façades en briques apparentes, notamment les plus anciennes, sont à l'origine de nombreux sinistres liés aux infiltrations d'eau.

Le diagnostic

Le type de mur est inadapté aux mauvaises conditions climatiques

Dans les constructions anciennes, l'étan­chéité était réputée acquise par la seule épaisseur du mur de brique. En réalité, en raison de la relative porosité de la brique, les murs réalisés à partir de ce matériau sont sensibles à la durée d'exposition aux eaux de pluie. Le NF DTU 20.1, partie 3, définit 4 types de murs (type I, IIa, IIb, III et IV, par ordre de sensibilité décroissante à la pluie).

Cette classification se fonde pour l'essentiel sur les principes suivants :

  • Mur sans coupure de capillarité dans son épaisseur (type I) : ce mur ne comporte qu'une paroi de maçonnerie. Étanche dans sa masse, ce mur ne reçoit pas de revêtement extérieur d'imperméabilité. Sa conception est basée sur le principe qu'une certaine quantité d'eau, selon les conditions d'exposition, peut traverser la maçonnerie au bout d'un certain temps ;
  • Mur avec coupure de capillarité dans son épaisseur (type IIa, IIb, III) : de conception plus récente, il comporte deux parois distinctes séparées par une lame d'air (mur double), ou une seule paroi avec en intérieur un isolant non hydrophile (type IIa) et/ou une lame d'air continue. Le principe de ce mur est de rejeter l'eau qui pénètre éventuellement au travers de la première paroi : l'isolant non hydrophile ou la lame d'air joue alors le rôle de barrière à la pénétration de l'eau.

    L'exigence du type de mur en fonction de l'exposition à la pluie de la façade se trouve dans la partie 3 du NF DTU 20.1.

Des erreurs de conception au niveau des points singuliers

  • En pied de mur
    Mur type I ou IIa : hormis la coupure anti-capillaire horizontale habituelle pour toutes les maçonneries, aucune disposition particulière n'est exigée réglementairement. Mais, compte tenu du principe de fonctionnement de ce mur, l'eau s'accumule en partie basse du mur par simple effet de la gravité. Il est donc vivement recommandé de prévoir des dispositifs l'empêchant de pénétrer à l'intérieur des bâtiments : décaissé de dalle (3 cm minimum) ou profilé en équerre.

    Mur type IIb, III : les eaux d'infiltration se retrouvent en partie basse de la lame d'air. Les dispositifs avec décaissés et profilés rigides de rejet d'eau, associés à la création de joints verticaux dégarnis en partie basse de la paroi extérieure, sont trop souvent oubliés.

  • Ouvertures dans les murs

    Principe de réalisation d'un appui sur mur doubleCas des appuis en briques : réalisés à partir de briques à chant posées avec une faible pente, ils sont forcément le siège privilégié d'infiltrations. Une étanchéité complémentaire en partie inférieure est indispensable. Dans le cas particulier du mur double, l'absence d'étanchéité conduira inévitablement à des infiltrations puisque ces briques à chant chevauchent la lame d'air.

    Cas des appuis en béton : le point faible de ces ouvrages se situe aux extrémités. En raison des épaisseurs d'isolant intérieur couramment employées, le rejingot se trouve souvent en retrait de la face intérieure du mur. Il est impératif qu'il dépasse d'au moins 4 cm les tableaux de part et d'autre de l'ouverture en se retournant sur le mur.

Une qualité d'exécution défectueuse

  • La composition du mortier de hourdage doit respecter le bon dosage en liant.
  • Les joints doivent être pleins et serrés. Le respect des règles de l'art est particulièrement déterminant sur la qualité finale de l'étanchéité des murs.

Les bonnes pratiques

  • Au niveau de la conception
    • Bien choisir le type de mur en fonction des conditions climatiques et des expositions ;
    • Veiller à la qualité des briques : le marquage CE, obligatoire, n'est pas à lui seul un critère de qualité ;
    • Définir les points de détails.
  • Au niveau de l'exécution
    • Veiller au remplissage correct des joints ;
    • Veiller à la réalisation d'un dispositif efficace de rejet des eaux en pied de mur, ce dispositif devant se retrouver au niveau de chaque plancher d'étage ;
    • Traiter les points singuliers tels que les appuis de baie ou les tableaux ;
    • Respecter la lame d'air (murs de type IIb et III).

L'essentiel

  • Bien choisir le type de mur.
  • Remplir correctement les joints.
  • Veiller à la réalisation d'un dispositif efficace de rejet des eaux.

A consulter

  • NF DTU 20.1 : Ouvrages en maçonnerie de petits éléments, parties P1-1, P1-2 et P3.
  • NF EN 771-1 : Spécifications pour éléments de maçonnerie.
Date de parution
Novembre 2015

Nous vous recommandons aussi

Publication

Prévention et remédiation du risque radon - 12 enseignements à connaître

Prévention et remédiation du risque radon - 12 enseignements à connaître

Photo

Concours Photo 2007 - Infrastructure/Structure

Concours Photo 2007 - Infrastructure/Structure

Outil numérique

Service numérique Programme PACTE

Service numérique Programme PACTE

Fiche

Fiche rénovation - Création de murs porteurs

Fiche rénovation - Création de murs porteurs